Le parfum des îles Borromées

Page: .44./.53.

René Boylesve

Le parfum des îles Borromées

À l’heure où la Reine-Marguerite avait apporté aux îles Borromées Dante Léonard William Lee, son ami Gabriel Dompierre et la mystérieuse « Sirène », le même bateau ramenait aujourd’hui à Stresa le groupe agité des personnes que sept à huit semaines de villégiature avaient formé autour de ces trois premiers passagers.

On était à la fin d’octobre; l’automne autour des lacs italiens étale à cette époque sa luxuriante magnificence, mais les journées déjà courtes devaient priver les voyageurs de la vue des jardins qui descendent en terrasses au flanc des collines, pareils à de gigantesques escaliers que les vignes-vierges et les pampres teintent d’or, de rouille et de sang. Dès Luino, le point de départ, presque à l’extrémité septentrionale du lac, le vapeur avait allumé ses feux et filait en pleine nuit.

Les graves événements survenus pendant le séjour au lac de Côme laissaient peser un malaise qui alourdissait les conversations. Mme de Chandoyseau elle-même, comme si elle eût été touchée par quelque révélation inattendue, ou bien terrorisée par les conséquences de son bavardage, gardait, à côté de Solweg à peine rétablie, une figure chagrine et chiffonnée. Dompierre et sa maîtresse traînaient la chaîne de leur liaison sous les yeux de Mr Belvidera. Le malheureux Lovely se ravalait chaque jour aux fonctions les plus méprisables, et sa pauvre femme s’effaçait avec une résignation chrétienne. La petite Luisa était au désespoir de sentir une gêne nouvelle entre sa mère et son amie.

Deux êtres seuls étaient étrangers à toutes ces misères et conservaient leur sérénité : Dante Léonard William qui n’était préoccupé que d’achever un poème composé à Bellagio, et Mr de Chandoyseau qui, ne soupçonnant rien au drame qui se jouait autour de lui, parlait à tort et à travers, aux uns et aux autres, non sans commettre, bien entendu, nombre de ces « gaffes » monumentales qui sont l’apanage des gens pourvus d’un aussi heureux naturel.

Quant à Carlotta, un changement profond s’était produit dans sa contenance, et grâce auquel, ce soir, au lieu de se trouver sur le banc des premières avec sa toilette arrogante, elle était assise modestement à l’avant, enveloppée dans son châle noir.

Par suite du prolongement du séjour de Lee à Bellagio, il s’était trouvé que la pauvre fille dépassait la durée de l’absence autorisée par sa famille sous le prétexte d’aller voir sa sœur à la villa Serbelloni, ce qui compromettait le commerce des fleurs, et devait inspirer de terribles inquiétudes à Paolo. De plus, le bruit de ses dépenses extraordinaires et de son succès de curiosité au lac de Côme, était promptement parvenu, comme on le pense, jusqu’à l’Isola Bella, et une lettre menaçante de sa mère, apostillée violemment de la main de son fiancé, lui avait intimé le matin même l’ordre de regagner immédiatement la maison. Carlotta avait donc jugé à propos de mettre un terme à son éclat, et elle avait si peu paru, durant le trajet du retour, que plusieurs personnes ne l’avaient pas aperçue.

Aussi ce fut une surprise pour beaucoup, lorsque, dans le temps que la Reine-Marguerite s’approchait de Laveno, le point extrême du commerce floral de Carlotta, on entendit soudain sa voix s’élever, de l’avant du bateau. Comme un oiseau heureux de revoir l’arbre où son nid s’abrite, la belle fille, malgré ses préoccupations, chantait, parce qu’elle se retrouvait sur l’eau et dans l’endroit où chaque soir elle conduisait sa barque et ses fleurs.

Elle chanta comme à l’ordinaire, la même chanson étrange, éclatante et douloureuse, aux paroles de mort et d’amour, et dont l’accent était tantôt celui de l’innocence, et tantôt celui d’une impudeur effrénée.

Tout le monde frissonna. Ce chant, si beau par lui-même, était tellement inattendu, et produisait, dans la nuit, et par cette fuite du bateau au milieu du lac sombre, un effet si puissant, qu’il n’y eut personne qui ne se tût pour écouter. Beaucoup se précipitèrent pour lâcher de distinguer la figure de celle qui chantait.

Gabriel et Luisa se regardèrent, et ils furent secoués, l’un et l’autre, jusqu’au plus profond de leur chair. Il semblait que ce ne fût que d’aujourd’hui qu’ils comprenaient l’extraordinaire vertu de ce rythme et de cette mélodie qui était la première chose qui les eût émus l’un en face de l’autre, le soir même de leur arrivée, lors de la rencontre de la barque fleurie. Ils l’écoutaient ce soir avec colère, avec terreur, et avec une cruelle volupté. Ce n’était plus pour eux la voix d’une fille quelconque, ni telle chanson plus ou moins harmonieuse et touchante, mais c’était l’expression sensible de toutes les choses de ce pays et de ce ciel, coalisées en vue d’une fascination des créatures, dont le but secret nous échappe. Est-ce que cette Carlotta, toute beauté et tout inconscience, n’était pas l’image merveilleuse du mystérieux génie qui gouvernait ici ?

Quand le bateau stoppa à Laveno, Carlotta ne s’était pas interrompue. Les gens du port, accoutumés à cette musique, cherchaient sa barque et sa cargaison. Comme on ne l’avait pas entendue depuis plusieurs jours, on se pressait aux abords de l’embarcadère, et beaucoup applaudissaient à cet heureux retour de la marchande de fleurs. Combien de femmes, combien d’amants, combien de ces rêveurs solitaires que l’on voit promener sur ces rives leur spleen ou leur chagrin, avaient manqué ces jours derniers de cette jolie chanson du soir ! Combien d’âmes animait et charmait, sans s’en douter, la belle enfant des îles, le gracieux génie ignorant de soi-même, et qui ne croyait répandre pour un peu d’or, que des fleurs et d’innocentes paroles ! Les bravos gagnaient, s’élargissaient; on accourait de toutes parts, et lorsque le bateau vira en frôlant les jardins des villas emplies d’ombre, des voix d’enfants claires et joyeuses, et des voix plus mâles et émues, venues de tout un monde invisible, prolongèrent les acclamations. Enfin l’on quitta la rive pour gagner Pallanza en traversant la lac en sa largeur, et Carlotta ne chanta plus que pour la Reine-Marguerite.

—    Il faut convenir, dit Mme de Chandoyseau, que cette fille a un organe admirable, et, quand elle se tient à sa place, on peut l’applaudir.

—    Même lorsqu’elle se tient à sa place, prononça amèrement le révérend Lovely, cette fille fait du mal… Cette miousique, en vérité, fait du mal.

Plusieurs personnes sourirent. Dompierre se souvint qu’il n’avait pu s’empêcher d’en faire autant, quand le clergyman, prenant son bain, il y avait de cela quelques semaines, lui avait dit : « Ce pays-ci est mauvais ». À voir ce soir le malheureux vieillard, et lui-même, et le triste accablement de son entourage, il ne jugeait plus que ces paroles de puritain fussent si ridicules.

Cependant il eût voulu prendre la défense de Carlotta, qui n’était mauvaise que dans le sens où l’on peut dire que l’est la nature avec son soleil et avec ses nuits, avec le bruit de ses sources, l’odeur de ses moissons et le goût de ses fruits; mais il s’aperçut qu’on l’épiait à cause du bruit de ses relations avec la marchande des Borromées, et que Mr Belvidera lui-même, si ce n’eût été sa discrétion naturelle, l’eût certainement félicité d’avoir choisi une maîtresse qui possédait une telle séduction.

D’ailleurs tous étaient sous le charme. Des femmes voulaient embrasser la chanteuse, et on envoyait des fillettes lui demander son nom. La traversée fut trop courte.

—    D’où est-elle ? où va-t-elle ? interrogeait-on de tous côtés.

On fut rassuré quand on sut qu’elle allait jusqu’à l’Isola Bella. On lui jetait de la monnaie qu’elle ramassait avec son avidité ordinaire; et son humeur ayant profité de cet encouragement qui était le plus puissant sur elle, elle donnait toute sa voix, elle enflait son chant avec une frénésie vraiment nouvelle. Qu’éprouvait-elle en plus de la joie d’augmenter son trésor ? Commençait-elle à comprendre l’espèce de royauté qu’elle exerçait sur ce lac et ces îles ? Était-elle grisée ce soir par l’enchantement même qu’elle avait répandu autour d’elle ? À un moment, elle mit un tel accent sauvage, une telle saveur fauve dans la passion que traduisait son refrain monotone, que nombre de personnes, et des hommes même, furent ébranlés jusqu’à cette petite angoisse courte qui vous loge une larme au coin de la paupière, et vous laisse hésitants, gênés, gauches, presque honteux d’avoir été touchés si à vif.

Alors elle se tut, et aucune insistance ne fut capable de la faire reprendre sa chanson. Elle était tapie sous son châle, et se cachait la figure. Des hommes du bateau voulurent la découvrir, et ils lui tiraient son châle en riant. Mais elle leur lança des mots crus, qui leur firent comprendre qu’elle ne plaisantait pas.

À la station de Pallanza, un homme qui se tenait sur le quai demanda à haute voix si Carlotta n’était pas à bord.

—    Carlotta ! par la Madone ! je crois bien qu’elle est à bord !

—    Carlotta ! cria l’homme. Et ceux qui le connaissaient reconnurent le timbre du farouche Paolo.

—    Carlotta ! reprirent les hommes du bord, réponds donc, c’est ton promis !

Carlotta restait immobile sous l’abri de son châle noir, et ne soufflait pas. Elle grelottait, comme si elle eût été prise de froid tout à coup. Ce n’était pourtant pas sa coutume d’avoir peur.

—    Vas-tu répondre ? cria le promis dont l’humeur ne semblait pas complaisante.

Et il s’élança, en bondissant, sur la passerelle qu’on était sur le point de retirer. Le capitaine allait commander de l’avant :

—    Arrêtez ! arrêtez ! il y a encore un voyageur à descendre.

Le bateau crachait de grands jets de vapeur. Tous les passagers, uniquement préoccupés de la Carlotta, étaient anxieux de la scène qui allait se passer entre le fiancé colère et brutal et la belle fille qui s’aplatissait en tremblant, à la façon des animaux qui pressentent un malheur.

—    Carlotta ! hurlait Paolo; vas-tu bouger ! j’ai là une barque qui t’attend et ta mère est avec moi; nous allons passer directement à l’Isola Madre, pour les fleurs !…

—    Non ! fit Carlotta qui se décida à desserrer les dents; je vais jusqu’à l’Isola Bella.

—    Ah ! tu vas jusqu’à l’Isola Bella ! Ah ! chienne ! ah ! coureuse ! je vais te faire voir, moi, si tu iras comme ça à ta fantaisie ! Ah ! tu ne veux pas quitter ta société ! Mais pourquoi aussi est-ce que tu ne te fais pas enlever tout à fait par tes étrangers, dis ! dis !

Le malheureux prononçait ce mot d’« étrangers », forestieri, avec toute la haine et tout le mépris dont il était capable; il leur crachait à la figure à tous, dans l’impossibilité où il était d’atteindre celui qui détournait sa fiancée.

—    Laissez-la, laissez-la ! lui disait-on, qu’est-ce que ça vous fait ? elle descendra plus loin, à l’Isola Bella.

Mais il était furieux : il n’entendait rien; il culbutait tout le monde. Dans sa sourde jalousie, il croyait que les matelots la retenaient pour lui « faire des galanteries ». Il se jeta sur Carlotta et, l’empoignant à bras le corps, ce bout d’homme plus petit qu’elle l’emporta en un tour de main jusque sur le quai. Elle se débattait et hurlait. Personne de ceux qui savaient le caractère de Carlotta, son dédain ordinaire envers les menaces, ne comprenait cette frayeur subite à suivre Paolo et sa mère venus au-devant d’elle, pour la transporter en barque à l’Isola Madre.

Les roues du vapeur battirent à grand bruit et étouffèrent les cris de la malheureuse Carlotta. Tout le monde demeura péniblement ému de cette brusque séparation. Le bateau s’était déjà éloigné de Pallanza, quand un des hommes de la Reine-Marguerite fit remarquer du doigt la petite barque filant vers l’Isola Madre, et que l’on distinguait assez nettement, grâce aux feux de l’embarcadère. On se pressa sur l’arrière et l’on ne pouvait s’empêcher de demeurer les yeux fixés sur ce petit point noir, avec un regret, peut-être une inquiétude, une indéfinissable mélancolie.

René Boylesve

Le parfum des îles Borromées

Page: .44./.53.