L'archipel en feu

Page: .12./.36.

Jules Verne

L'archipel en feu

La direction du nord-nord-ouest, tenue par la sacolève, devait lui permettre de suivre ce pittoresque semis des îles Ioniennes, dont on ne perd l’une de vue que pour apercevoir aussitôt l’autre.

Très heureusement pour elle, la Karysta, avec son air d’honnête bâtiment levantin, moitié yacht de plaisance, moitié navire de commerce, ne trahissait rien de son origine. En effet, il n’eût pas été prudent à son capitaine de s’aventurer ainsi sous le canon des forts britanniques, à la merci des frégates du Royaume-Uni.

Une quinzaine de lieues marines seulement séparent Arkadia de l’île de Zante, « la fleur du Levant », ainsi que l’appellent poétiquement les Italiens. Du fond du golfe que traversait alors la Karysta, on aperçoit même les sommets verdoyants du mont Scopos, au flanc duquel s’étagent des massifs d’oliviers et d’orangers, qui remplacent les épaisses forêts chantées par Homère et Virgile.

Le vent était bon, une brise de terre bien établie que lui envoyait le sud-est. Aussi, la sacolève, sous ses bonnettes de hunier et de perroquet, fendait-elle rapidement les eaux de Zante, presque aussi tranquilles alors que celles d’un lac.

Vers le soir, elle passait en vue de la capitale qui porte le même nom que l’île. C’est une jolie cité italienne, éclose sur la terre de Zacynthe, fils du Troyen Dardanus. Du pont de la Karysta, on n’aperçut que les feux de la ville, qui s’arrondit sur l’espace d’une demi-lieue au bord d’une baie circulaire. Ces lumières, éparses à diverses hauteurs, depuis les quais du port jusqu’à la crête du château d’origine vénitienne, bâti à trois cents pieds au-dessus, formaient comme une énorme constellation, dont les principales étoiles marquaient la place des palais Renaissance de la grande rue et de la cathédrale Saint-Denis de Zacynthe.

Nicolas Starkos, avec cette population zantiote, si profondément modifiée au contact des Vénitiens, des Français, des Anglais et des Russes, ne pouvait rien avoir de ces rapports commerciaux qui l’unissaient aux Turcs du Péloponnèse. Il n’eut donc aucun signal à envoyer aux vigies du port, ni à relâcher dans cette île, qui fut la patrie de deux poètes célèbres — l’un italien, Hugo Foscolo, de la fin du XVIIIe siècle, l’autre Salomos, une des gloires de la Grèce moderne.

La Karysta traversa l’étroit bras de mer qui sépare Zante de l’Achaïe et de l’Élide. Sans doute, plus d’une oreille à bord s’offensa des chants qu’apportait la brise, comme autant de barcarolles échappées du Lido ! Mais, il fallait bien s’y résigner. La sacolève passa au milieu de ces mélodies italiennes, et, le lendemain, elle se trouvait par le travers du golfe de Patras, profonde échancrure que continue le golfe de Lépante jusqu’à l’isthme de Corinthe.

Nicolas Starkos se tenait alors à l’avant de la Karysta. Son regard parcourait toute cette côte de l’Acarnanie, sur la limite septentrionale du golfe. De là surgissaient de grands et impérissables souvenirs, qui auraient dû serrer le cœur d’un enfant de la Grèce, si cet enfant n’eût depuis longtemps renié et trahi sa mère !

« Missolonghi ! dit alors Skopélo, en tendant la main dans la direction du nord-est. Mauvaise population ! Des gens qui se font sauter plutôt que de se rendre ! »

Là, en effet, deux ans auparavant, il n’y aurait rien eu à faire pour des acheteurs de prisonniers et des vendeurs d’esclaves. Après dix mois de lutte, les assiégés de Missolonghi, brisés par les fatigues, épuisés par la faim, plutôt que de capituler devant Ibrahim, avaient fait sauter la ville et la forteresse. Hommes, femmes, enfants, tous avaient péri dans l’explosion, qui n’épargna même pas les vainqueurs.

Et, l’année d’avant, presque à cette même place où venait d’être enterré Marco Botsaris, l’un des héros de la guerre de l’Indépendance, était venu mourir, découragé, désespéré, lord Byron, dont la dépouille repose maintenant à Westminster. Seul, son cœur est resté sur cette terre de Grèce qu’il aimait et qui ne redevint libre qu’après sa mort !

Un geste violent, ce fut toute la réponse que Nicolas Starkos fit à l’observation de Skopélo. Puis, la sacolève, s’éloignant rapidement du golfe de Patras, marcha vers Céphalonie.

Avec ce vent portant, il ne fallait que quelques heures pour franchir la distance qui sépare Céphalonie de l’île de Zante. D’ailleurs, la Karysta n’alla point chercher Argostoli, sa capitale, dont le port, peu profond, il est vrai, n’en est pas moins excellent pour les navires de médiocre tonnage. Elle s’engagea hardiment dans les canaux resserrés qui baignent sa côte orientale, et, vers six heures et demie du soir, elle attaquait la pointe de Thiaki, l’ancienne Ithaque.

Cette île, de huit lieues de long sur une lieue et demie de large, singulièrement rocheuse, superbement sauvage, riche de l’huile et du vin qu’elle produit en abondance, compte une dizaine de mille habitants. Sans histoire personnelle, elle a pourtant laissé un nom célèbre dans l’antiquité. Ce fut la patrie d’Ulysse et de Pénélope, dont les souvenirs se retrouvent encore sur les sommets de l’Anogi, dans les profondeurs de la caverne du mont Saint-Étienne, au milieu des ruines du mont Oetos, à travers les campagnes d’Eumée, au pied de ce rocher des Corbeaux, sur lequel durent s’écouler les poétiques eaux de la fontaine d’Aréthuse.

À la nuit tombante, la terre du fils de Laerte avait peu à peu disparu dans l’ombre, une quinzaine de lieues au delà du dernier promontoire de Céphalonie. Pendant la nuit, la Karysta, prenant un peu le large, afin d’éviter l’étroite passe qui sépare la pointe nord d’Ithaque de la pointe sud de Sainte-Maure, prolongea, à deux milles au plus de son rivage, la côte orientale de cette île.

On aurait pu vaguement apercevoir, à la clarté de la lune, une sorte de falaise blanchâtre, dominant la mer de cent quatre-vingts pieds : c’était le Saut de Leucade, qu’illustrèrent Sapho et Artémise. Mais, de cette île, qui prend aussi le nom de Leucade, il ne restait plus trace dans le sud au soleil levant, et la sacolève, ralliant la côte albanaise, se dirigea, toutes voiles dessus, vers l’île de Corfou.

C’étaient une vingtaine de lieues encore à faire dans cette journée, si Nicolas Starkos voulait arriver, avant la nuit, dans les eaux de la capitale de l’île.

Elles furent rapidement enlevées, ces vingt lieues, par cette hardie Karysta, qui força de toile à ce point que son plat-bord glissait au ras de l’eau. La brise avait fraîchi considérablement. Il fallut donc toute l’attention du timonier pour ne pas engager sous cette énorme voilure. Heureusement, les mâts étaient solides, le gréement presque neuf et de qualité supérieure. Pas un ris ne fut pris, pas une bonnette ne fut amenée.

La sacolève se comporta comme elle l’eût fait s’il se fût agi d’une lutte de vitesse dans quelque « match » international.

Jules Verne

L'archipel en feu.

Page: .12./.36.