Les maîtres sonneurs

Page: .47./.61.

George Sand

Les maîtres sonneurs

— Sache donc, reprit le grand bûcheux, oubliant son récit aussi bien que moi (car il aimait à causer quand il se voyait entendu volontiers), que j’aurais été quelque chose, si je m’étais donné tout entier et sans partage à la musique. Je l’aurais pu si je m’étais fait ménétrier, comme c’était l’idée de ma jeunesse. Ce n’est pas qu’on gagne du talent à brailler trois jours et trois nuits durant à une noce, comme le malheureux que j’entends, d’ici, estropier notre branle montagnard. On s’y fatigue et on s’y rouille, quand on n’a en vue que l’argent à gagner; mais il y a manière pour un artiste de vivre de son corps sans se tuer l’âme dans ce métier-là. Comme la moindre fête rapporte deux ou trois pistoles, on peut en prendre à son aise, se soutenir frugalement et voyager pour son plaisir et son instruction.

»C’est ce que Joseph veut faire, et ce que je lui ai toujours conseillé. Mais voici ce qui m’arriva, à moi. Je devins amoureux, et la mère de mes chers enfants ne voulut point entendre à être la femme d’un ménétrier sans feu ni lieu, toujours dehors, passant les nuits en vacarme, les jours en sommeil, et finissant la vie en débauche; car, par malheur, il est rare que l’on s’en puisse préserver toujours dans un pareil état. Elle me retint donc au travail des bois, et tout fut dit. Je n’ai jamais regretté mon talent tant qu’elle a vécu. Pour moi, je te l’ai dit, l’amour était la plus belle des musiques.

»Resté veuf de bonne heure et chargé de deux jeunes enfants, je me suis donné tout à eux; mais mon savoir s’y est bien rouillé, et mes doigts sont devenus crochus, à manier toujours la serpe et la cognée. Aussi, je te confesse, Tiennet, que si mes deux enfants étaient établis heureusement et selon leur cœur, je quitterais cette tâche pesante de lever le fer et de fendre le bois, et m’en irais content et rajeuni, vivre à ma guise et chercher la causerie des anges jusqu’à ce que la vieillesse me ramenât engourdi et rassasié au foyer de ma famille.

»Et puis, je me lasse de couper des arbres. Sais-tu, Tiennet, que je les aime, ces beaux vieux compagnons de ma vie, qui m’ont raconté tant de choses dans les bruits de leurs feuillages et les craquements de leurs branches ! Et moi, plus malsain que le feu du ciel, je les en ai remerciés en leur plantant la hache dans le cœur et en les couchant à mes pieds, comme autant de cadavres mis en pièces ! Ne ris pas de moi, je n’ai jamais vu tomber un vieux chêne, ou seulement un jeune saule, sans trembler de pitié ou de crainte, comme un assassin des œuvres du bon Dieu. Il me tarde de me promener sous des ombrages qui ne me repousseront plus comme un ingrat, et qui me diront enfin des secrets dont je n’étais pas digne. »

Le grand bûcheux, qui s’était passionné à parler, resta pensif un moment, et moi aussi, étonné de ne point le trouver aussi fou que tout autre m’eût semblé en sa place, soit qu’il sût me rendre ses idées, soit que j’eusse moi-même la tête montée d’une certaine façon.

—    Tu penses sans doute, reprit-il, que nous voilà bien loin de Joseph; mais tu te trompes; nous y sommes d’autant mieux, et, à présent, tu comprendras pourquoi je me suis décidé, après un peu d’hésitation, à brusquer les peines de ce pauvre enfant. Je me suis dit, et j’ai vu, à la tournure que prenait son chagrin, qu’il ne pourrait jamais rendre une femme heureuse, et que, partant, il ne serait jamais heureux lui-même avec une femme, à moins qu’elle ne fût remplie d’orgueil à cause de lui. Car Joseph, il faut bien le reconnaître, n’a pas tant besoin d’amitié que d’encouragement ou de louange. Ce qui l’a rendu si épris de Brulette, c’est que, de bonne heure, elle l’a écouté et excité à la musique; ce qui l’a empêché d’aimer ma fille (car son retour vers elle n’a été que du dépit), c’est que ma fille lui demandait plus d’attachement que de savoir, et le traitait comme un fils plutôt que comme un homme de grand talent.

»J’ose dire, à présent, que j’ai lu dans le cœur de ce garçon et que toute son idée était d’éblouir, un jour, Brulette; et comme Brulette était tenue pour la reine de beauté et de fierté de son endroit, il aurait, grâce à elle, tâté de la royauté tout son soûl; mais Brulette, fanée par une faute, ou tout au moins rabaissée dans l’apparence, Brulette, moquée et critiquée, n’était plus son rêve; Et moi, qui connaissais aussi le cœur de mon fils Huriel, je savais qu’il ne condamnerait pas Brulette sans examen, et que si elle n’avait rien fait de condamnable, il l’aimerait et la soutiendrait d’autant mieux qu’elle serait plus méconnue.

»Voilà donc ce qui m’a décidé, en fin de compte, à combattre l’amour de Joseph, et lui conseiller de ne plus songer au mariage. Et mêmement, j’ai tâché de lui faire entendre ce dont j’étais quasiment certain, c’est que Brulette lui préférait mon fils.

»Il a paru se rendre à mes raisons, mais c’était, je pense, pour s’en débarrasser; car, au petit jour, hier matin, j’ai vu qu’il faisait ses dispositions pour s’en aller. Encore qu’il se crût plus fin que moi et comptât pouvoir déloger par surprise, je me suis accrochée à lui, jusqu’à ce que perdant patience, il m’ait laissé voir le fond du sac. J’ai connu alors que son dépit était gros, et qu’il était décidé à courir après Huriel pour lui disputer Brulette, si Brulette lui en paraissait valoir la peine. Et comme il n’était pas, pour cela, assuré du dernier point, je pensai devoir le blâmer, voire me moquer d’un amour comme le sien, qui n’était que jalousie sans estime, et comme qui dirait gourmandise sans appétit.

»Il a confessé que j’y voyais clair; mais il est parti quand même, et, à cela, tu reconnais son obstination. Au moment de recevoir la maîtrise de son art, et quand le rendez-vous était pris pour un concours du côté d’Ausances, il a tout quitté, sauf à être retardé encore longtemps, disant qu’il se ferait recevoir de gré ou de force, en son pays. Le voyant si bien décidé que, pour un peu, il se serait emporté contre moi, j’ai pris le parti de venir avec lui, craignant quelque chose de mauvais dans son premier mouvement, ou quelque nouveau malheur dans celui d’Huriel. Nous nous sommes départis l’un de l’autre, seulement à une demi-lieue en sus, au bourg de Sarzay; et tandis qu’il prenait le chemin de Nohant, j’ai pris celui qui m’a amené ici, espérant bien y trouver encore Huriel et pouvoir raisonner avec lui; et me disant, d’ailleurs, que mes jambes me porteraient bien encore jusqu’à Nohant, ce soir, si besoin était.

—    Par bonheur, vous pourrez vous reposer tranquillement cette nuit, dis-je au grand bûcheux; nous aviserons demain; mais êtes-vous donc tourmenté pour tout de bon de la rencontre de ces deux galants ? Joseph n’a jamais été querelleux à ma connaissance, et je l’ai toujours vu se taire quand on lui montrait les dents.

—    Oui, oui, répondit le père Bastien, tu as vu cela dans le temps qu’il n’était qu’un enfant maladif et défiant de sa force; mais il n’y a pire eau que celle qui dort, et il n’est pas toujours sain d’en remuer le fond.

—    Ne voulez-vous point entrer dans votre nouvelle demeurance et voir votre fille ?

—    Tu m’as dit qu’elle était là bien tranquille; je n’en suis donc point en peine, et me sens plus pressé de savoir la vérité sur Brulette; car, enfin, encore que mon cœur l’ait défendue, mon raisonnement me dit qu’il faut qu’il y ait eu, en sa conduite, quelque petite chose qui prête au blâme, et j’en dois être juge avant que d’aller plus loin.

J’allais lui raconter ce qui s’était passé une heure auparavant, sous mes yeux, entre Huriel et ma tante, quand Huriel lui-même arriva vers nous, dépêché par Brulette, qui craignait la gêne occasionnée à Thérence pour le dormir de Charlot. Le père et le fils eurent alors une explication où Huriel, priant son père de ne point lui faire dire un secret où il avait engagé sa parole, et dont Brulette même ne le savait pas instruit, lui jura, sur son baptême, que Brulette était digne en tout d’être bénie par lui.

—    Venez la voir, mon cher père, ajouta-t-il; cela vous est bien commode, car, en ce moment, on danse dehors, et vous n’avez pas besoin d’être invité pour vous trouver là. À la manière dont elle vous embrassera, vous verrez bien que jamais fille plus aimable et plus mignonne ne fut plus saine de sa conscience.

—    Je n’en doute plus, mon fils, et j’irai seulement pour te contenter, ainsi que pour le plaisir de la voir; mais demeurons encore un peu, car je te veux parler de Joseph.

Je pensai devoir les laisser s’en expliquer ensemble, et aller avertir ma tante de l’arrivée du grand bûcheux, sachant bien qu’elle lui ferait bon accueil et ne le laisserait point dehors. Mais je ne trouvai au logis que Brulette toute seule. Toute la noce, avec la musique en tête, avait été porter la rôtie aux nouveaux mariés, lesquels s’étaient retirés en une maison voisine, car il était environ les onze heures du soir. C’est une ancienne coutume, que je n’ai jamais trouvée bien honnête, d’aller ainsi troubler, par une visite et des chansons de joyeuseté, la première honte d’une jeune mariée; et, encore que les autres jeunes filles s’y fussent rendues avec ou sans malice, Brulette avait eu la décence de ne bouger du coin du feu, où je la vis assise, comme surveillant un reste de cuisine, mais prenant un peu de repos dont elle avait besoin. Et, comme elle me paraissait assoupie, je ne la voulus point déranger, ni lui ôter la bonne surprise du réveil que lui ferait le grand bûcheux.

Bien las moi-même, je m’assis contre une table, où j’allongeai les deux bras et la tête dessus, comme on se met quand on veut se refaire d’une ou deux minutes de sommeil; mais je pensai à Thérence et ne dormis point. Seulement j’eus, pour un moment bien court, les idées embrouillées, lorsque, à un petit bruit, j’ouvris les yeux sans lever la tête, et je vis qu’un homme était entré et s’approchait de la cheminée.

Encore qu’on eût emporté toutes les chandelles pour la visite aux nouveaux mariés, le feu de fagots, qui flambait, envoyait assez de clarté dans la chambre pour me laisser reconnaître bien vite celui qui était là. C’était Joseph, lequel, sans doute, avait rencontré sur le chemin de Nohant quelques noceux qui, lui apprenant où nous étions, l’avait porté à revenir sur ses pas. Il était tout poudreux de son voyage et portait son paquet au bout d’un bâton, qu’il jeta en un coin, et resta planté, comme une pierre levée, à regarder Brulette endormie, sans faire attention à moi.

Depuis un an que je ne l’avais vu, il s’était fait en lui autant de changement que dans Thérence. La santé lui étant venue plus belle qu’il ne l’avait jamais eue, on pouvait dire qu’il était joli homme et que sa figure carrée et son corps sec marquaient plus de muscles que de maigreur. Il était jaune de figure, autant comme porté à la bile que comme recuit par le hâle, et ce teint obscur allait bien avec ses grands yeux clairs et ses longs cheveux plats. C’était bien toujours la même physionomie triste et songeuse; mais il s’y était mêlé quelque chose de décidé et de hardi qui montrait enfin le rude vouloir si longtemps caché au dedans.

Je ne bougeai, voulant savoir de quelle façon il aborderait Brulette et ce qu’on pouvait augurer de sa prochaine rencontre avec Huriel. Sans doute il étudiait la figure de Brulette et y cherchait la vérité, et peut-être que sous ses yeux, clos par un léger somme, il reconnut la paix du cœur; car la fillette était bien jolie, vue comme cela au feu de l’âtre. Elle avait encore le teint animé de plaisir, la bouche souriante de contentement, et les fines soies de ses yeux abaissés envoyaient sur ses joues une ombre très douce, qui semblait cligner en dessous, comme ces regards fripons que les jeunes filles détournent pour mieux voir. Mais elle dormait pour tout de bon, et, rêvant sans doute d’Huriel, ne songeait pas plus à amorcer Joseph qu’à le repousser.

Je vis qu’il la trouvait si belle que son dépit ne tenait plus qu’à un fil, car il se baissa vers elle, et, avec une résolution dont je ne l’aurais jamais cru doué, il approcha sa bouche tout près de la sienne et l’eût touchée, si, par je ne sais quelle bisque qui me vint, je n’eusse toussé fortement pour arrêter le baiser au passage.

Brulette s’éveilla en sursaut; je fis comme si pareille chose m’arrivait, et Joseph se trouva un peu sot entre nous deux qui lui demandions ses portements, sans qu’il y eût apparence de confusion dans Brulette ni de malice dans moi.

George Sand

Les maîtres sonneurs

Page: .47./.61.