Les maîtres sonneurs

Page: .21./.61.

George Sand

Les maîtres sonneurs

Il y eut un moment où la bête parut perdre pied, mais Brulette était, en ce moment-là, entre nous deux, et montrait beaucoup de courage. Quand nous fûmes sur l’autre rive, Huriel, fouaillant toujours nos montures, nous fit prendre le galop, et ce ne fut qu’en plaine, à la vue du ciel et à la portée des habitations, qu’il nous laissa souffler.

—    À présent, dit-il en marchant entre moi et Brulette, je vous dois des reproches à tous deux. Je ne suis pas un enfant pour vous mettre dans un danger et vous y laisser. Pourquoi vous êtes-vous sauvés de l’endroit où je vous avais recommandé de m’attendre ?

—    C’est vous qui nous faites reproche ? dit Brulette un peu animée; j’aurais cru que ce dût être le contraire.

—    Commencez donc ! dit Huriel devenu pensif. Je parlerai après. De quoi me blâmez-vous ?

—    Je vous blâme, répondit-elle, de n’avoir pas eu la prévoyance de la mauvaise rencontre que nous devions faire; je vous blâme surtout d’avoir su donner fiance à mon père et à moi, pour me faire sortir de ma maison et de mon pays, où je suis aimée et respectée, et pour m’amener dans des bois sauvages, où vous ne pouvez qu’à grand-peine me sauver des offenses de vos amis. Je ne sais pas quelles paroles grossières ils ont voulu me dire; mais j’ai bien entendu que vous étiez forcé de répondre de moi comme d’une honnête fille. C’est donc qu’on en doit douter en me trouvant en votre compagnie ? Ah ! le malheureux voyage ! Voici la première fois de ma vie que je me vois insultée, et je ne croyais point que cela me dût arriver jamais !

Là-dessus, de dépit et de chagrin, le cœur lui enfla et elle se prit à pleurer de grosses larmes. Huriel ne répondit pas d’abord : il avait une grande tristesse. Enfin, il prit courage et lui dit :

—    Il est vrai, Brulette, que vous avez été méconnue. Vous en serez vengée, je vous en réponds ! Mais comme je n’ai pu en donner punition sur l’heure, sans vous exposer davantage, ce que je souffre au dedans de moi, de colère rentrée, je ne peux pas vous le dire, vous ne le comprendriez jamais !

Et les larmes qu’il retenait lui coupèrent la parole.

—    Je n’ai pas besoin d’être vengée, reprit Brulette, et je vous prie de n’y plus songer; je tâcherai d’oublier de mon côté.

—    Mais vous n’en maudirez pas moins le jour où vous vous êtes confiée à moi ? dit-il en serrant le poing comme si, pour un peu, il eût voulu s’en assommer lui-même.

—    Allons, allons, leur dis-je à mon tour, il ne se faut point quereller, à présent que le mal et le danger sont passés. Je reconnais qu’il y a eu de ma faute. Huriel emmenait les muletiers d’un côté et nous eût fait sauver de l’autre. C’est moi qui ai jeté Brulette dans la gueule du loup en croyant la sauver plus vite.

—    Le danger n’y était d’aucune façon sans cela, dit Huriel. Certainement, parmi les muletiers, comme parmi tous les hommes qui vivent d’une manière sauvage, il y a des coquins. Il y en avait un dans cette bande-là; mais vous avez vu qu’il a été blâmé. Il est vrai aussi que beaucoup d’autres parmi nous sont mal appris et plaisantent mal à propos; mais je ne sais point ce que vous entendez par notre communauté. Si nous sommes associés d’argent et de plaisirs comme de pertes et de dangers, nous respectons les femmes les uns des autres comme tous les autres chrétiens, et vous avez bien vu que l’honnêteté était pareillement respectée pour elle-même, puisqu’il vous a suffi de dire un mot de fierté pour ranger ces hommes-là au devoir.

—    Et pourtant, dit Brulette encore fâchée, vous étiez bien pressé de nous faire partir, et il a fallu se sauver vitement, au risque de se noyer dans la rivière. Vous voyez bien que vous n’êtes pas maître de ces mauvais esprits, et que vous aviez grand-peur de les voir revenir à leur méchante idée.

—    Tout cela, parce qu’on vous avait vue fuir avec Tiennet, reprit le muletier. On a cru que vous étiez là en faute. Sans votre peur et votre défiance, vous n’auriez même pas été vue de mes compagnons; mais vous avez eu mauvaise idée de moi tous les deux, confessez-le ?

—    Je n’avais pas mauvaise idée de vous, dit Brulette.

—    Et moi, si fait, dans ce moment-là, répondis-je. Je m’en confesse, ne voulant pas mentir.

—    Ça vaut toujours mieux, reprit Huriel, et j’espère que tu en reviendras sur mon compte.

—    C’est fait, lui dis-je. J’ai vu comme tu étais décidé, et maître de ta colère en même temps, et je reconnais qu’il vaut mieux savoir bien parler en commençant, que de finir par là; les coups viennent toujours assez tôt. Sans toi, je serais mort à cette heure, et toi aussi, pour me soutenir, ce qui eût été un grand mal pour Brulette. Or donc, nous en voilà dehors, grâce à toi, et je pense que nous devrions en être meilleurs amis tous les trois.

—    À la bonne heure ! répondit Huriel en me serrant la main. Voilà le bon côté du Berrichon : c’est son grand sens et son tranquille raisonnement. Êtes-vous donc Bourbonnaise, Brulette, que vous voilà si vive et si têtue ?

Brulette consentit à mettre sa main dans la sienne, mais elle demeura soucieuse; et comme je pensais qu’elle avait froid, pour s’être beaucoup mouillée dans la rivière, nous la fîmes entrer dans une maison pour changer et se ravigoter d’un doigt de vin chaud. Le jour était venu, et les gens du pays paraissaient de bonne aide et de bon cœur.

Quand nous reprîmes notre voyage, le soleil était déjà chaud, et le pays, un peu élevé entre deux rivières, réjouissait la vue par son étendue, qui me rappelait nos plaines. Le dépit de Brulette était passé, car, en causant avec elle auprès du feu de ces Bourbonnais, je lui avais remontré qu’une honnête fille n’est point salie par des propos d’ivrognes, et que nulle femme ne serait nette si ces propos-là comptaient pour quelque chose. Le muletier nous avait quittés un moment, et quand il revint pour mettre Brulette en selle, elle ne se put tenir de crier d’étonnement. Il s’était lavé, rasé et habillé proprement, non pas si brave qu’elle l’avait vu une fois, mais aussi gentil de sa mine et assez bien couvert pour lui faire honneur.

Cependant, elle n’en fit ni compliment ni badinerie, et seulement le regardait beaucoup, comme pour refaire connaissance avec lui, quand il n’avait pas les yeux sur elle. Elle paraissait chagrinée de lui avoir été un peu rêche, mais ne savait plus comment revenir là-dessus, car il parlait d’autres sujets, nous donnant explication du pays Bourbonnais, où, depuis le passage de la rivière, nous étions entrés, me faisant connaître les cultures et usances, et raisonnant en homme qui n’est sot sur aucune chose.

Au bout de deux heures, sans autre fatigue ni encombre, toujours montant, nous étions arrivés à Mesples, qui est paroisse voisine de la forêt où nous devions trouver Joseph. Nous ne fîmes que traverser l’endroit, où Huriel fut beaucoup accosté de gens qui paraissaient lui porter bonne estime, et de jeunesses qui le suivaient de l’œil et s’étonnaient de la compagnie qu’il menait avec lui.

Nous n’étions cependant pas encore arrivés. C’était au fin fond du bois, ou, pour mieux dire, au plus haut, que nous devions gagner; car le bois de l’Alleu, qui se joint avec celui de Chambérat, remplit un plateau d’où descendent les sources de cinq ou six petites rivières ou ruisseaux, et formait alors un pays sauvage, entouré de landes désertes, ou peu s’en faut, d’où la vue s’étendait très au loin de tous les côtés; et de tous ces côtés-là, c’étaient autres forêts ou bruyères sans fin.

Nous n’étions cependant encore que dans le bas Bourbonnais, qui touche au plus haut du Berry, et il me fut dit par Huriel que le pays allait toujours grimpant jusqu’à l’Auvergne. Les bois étaient beaux, tout en futaies de chênes blancs, qui sont la plus belle espèce. Les ruisseaux, dont ces bois étaient coupés et ravinés en mille endroits, formaient des places plus humides, où poussaient des vergnes, des saules et des trembles, tous arbres grands et forts, dont n’approchent point ceux de notre pays. J’y vis aussi, pour la première fois, un arbre blanc de sa tige et superbe de son feuillage, qui ne pousse point chez nous, et qui s’appelle le hêtre. Je crois bien que c’est le roi des arbres après le chêne, et s’il est moins beau, on peut dire quasiment qu’il est plus joli. Ils étaient encore assez rares dans cette forêt, et Huriel me dit qu’ils n’étaient foisonnants que dans le mitant du pays Bourbonnais.

Je regardais toutes choses avec grand étonnement, m’attendant toujours à voir plus de raretés qu’il n’y en avait, et ne revenant pas de trouver que les arbres n’avaient pas la tête en bas et les racines en l’air, tant on s’inquiète de ce qui est éloigné et de ce qu’on n’a jamais vu. Quant à Brulette, soit qu’elle eût du goût naturel pour les endroits sauvages, soit qu’elle voulût consoler Huriel des reproches qui l’avaient affligé, elle admirait tout plus que de raison et faisait honneur et révérence aux moindres fleurettes du sentier.

Nous marchions depuis un bon bout de temps sans rencontrer âme qui vive, quand Huriel nous dit en nous montrant une éclaircie et un grand abatis :

—    Nous voilà aux coupes, et dans deux minutes, vous verrez notre ville et le château de mon père.

Il disait cela en riant, et pourtant nous cherchions encore des yeux quelque chose comme un bourg et des maisons, quand il ajouta, en nous montrant des huttes de terre et de feuillage qui ressemblaient plus à des terriers d’animaux qu’à des demeures d’humains :

—    Voilà nos palais d’été, nos maisons de plaisance. Restez ici, je cours en avant pour avertir Joseph.

George Sand

Les maîtres sonneurs

Page: .21./.61.